SNCF : le prix des cartes de réduction réduit de moitié jusqu’en septembre ! Profitez en vite !

Les cartes de réduction sont actuellement proposées par la SNCF à moitié prix. Une politique tarifaire qui entend relancer la fréquentation des trains à la suite de la pandémie de coronavirus.

Les différentes cartes de réduction SNCF sont promotionnellement mises en vente à 25 euros

La Société Nationale des Chemins de Fer (SNCF) français œuvre dans le transport public ferroviaire depuis 1937. Cartes et abonnements pour les voyageurs sont fournis par la société. La SNCF offre notamment différentes cartes « avantage » qui permettent à ses voyageurs de bénéficier de réductions sur les tickets achetés. Environ trois millions de ces voyageurs en disposent actuellement.

Les différentes cartes de réduction avantage jeune, famille, week-end et senior, sont récemment disponibles à pas plus de 25 euros au lieu des 49 euros habituels. Ces cartes permettront elles-mêmes de bénéficier de 30% de réduction sur les billets pour une année.

La SNCF casse les prix des tickets pour favoriser de nouveau la fréquentation des moyens de transports ferroviaires qui a connu une baisse considérable à cause de la . Alors, c’est carrément à moitié prix que les cartes de réduction sont tarifées. Les offres promotionnelles offertes par société restent valables jusqu’au 7 septembre prochain.

La promotion entre par ailleurs dans le cadre de la politique commerciale amorcée par la SNCF afin de relancer ses activités de transports minées par l’épidémie de . En effet, la SNCF a également décidé de rallonger la validité des abonnements expirés entre le 17 mars et le 31 juillet dernier au 31 août. En outre, l’annulation des billets peut se faire sans frais auprès de la société jusqu’à la fin du mois d’août, et le TGV Max à la disposition à seulement 1 euro pour le premier mois d’un abonnement de trois mois minimum.

La politique commerciale mise en place par la SNCF devrait ainsi participer à compenser les pertes de recettes occasionnées par la crise sanitaire. En effet, la baisse de près de 15% de la fréquentation des trains connue durant la période a impacté négativement sur les chiffres d’affaires de la société de transport.

Les transports en commun au cœur des débats sur la post-crise de coronavirus

Le secteur du transport en commun n’a pas été épargné par la crise sanitaire actuelle. Le secteur a subi des pertes considérables de près de 5 milliards d’euros en . Ainsi, il fait aujourd’hui l’objet de débats de soutien financier. Les transports aérien, automobile et ferroviaire sont à la fois concernés.

Récemment, nombreux sont ceux qui demandent à ce que le transport ferroviaire en particulier bénéficie d’un soutien public. À l’instar de la SNCF, les mesures de qui ont duré des mois ont fait chuter les revenus des transporteurs. Les mesures de distanciation sociale établies ont dû certainement compliquer les activités de transport en commun, par la baisse du taux de leurs fréquentations.

Aussi, les autorités publiques françaises devraient-elles actuellement être sur le point de pourvoir à la protection des différents salariés du transport public. Ces salariés sont particulièrement exposés quant à leur travail. Le secteur du transport est pourtant essentiel à l’économie.

De plus, un appel au soutien des revenus des travailleurs du secteur des transports se fait actuellement entendre à travers leurs syndicats. Cela en espérant également que les politiques commerciales amorcées présentement par les sociétés de transports, comme  c’est le cas de la SNCF, portent leurs fruits. Ces politiques tentent aujourd’hui d’inciter les voyageurs à reprendre le transport en commun.

Enfin, c’est un véritable plan de relance du secteur des transports postérieurement à la crise du coronavirus qui doit être en train de se dessiner en ce moment.


Andrea Faure

Andrea Faure

Rédactrice web depuis 10, je vis pleinement ma passion en travaillant pour plusieurs médias. Je suis également une grande passionnée de voyages, je n'hésite donc pas à partir à l'aventure dans des pays lointains dès que j'en ai l'occasion !